La réduction des moteurs ont-ils étouffé l’amour des consommateurs pour leurs voitures ?

La réduction des moteurs ont-ils étouffé l’amour des consommateurs pour leurs voitures ?

La réduction de la taille des moteurs est un mot à la mode dans l’industrie automobile depuis une dizaine d’années. Mais les voitures à moteur réduit n’ont souvent pas réussi à conquérir le cœur de leurs conducteurs. Ils n’ont pas non plus tenu toutes leurs promesses. La tendance au downsizing est-elle en train de disparaître ?

Il y a un peu plus de dix ans, les constructeurs automobiles ne tarissaient pas d’éloges sur la réduction de la taille des moteurs. Le contexte de crise économique et les réglementations strictes sur les émissions des véhicules édictés par l’Union européenne les ont incités à envisager des stratégies permettant de réduire la consommation de carburant. Les deux principales tendances qui ont émergé de cette crise sont l’électrification des véhicules et la réduction de la taille des moteurs.

Si la première stratégie a toujours le vent en poupe, la seconde fait l’objet de vives critiques, laissant certains fabricants craindre qu’ils n’aient emprunté la mauvaise voie.

La fin de l’ère du downsizing ?

En février 2017, dans une interview accordée au Telegraph, Herbert Diess, président de Volkswagen, a déclaré : “La tendance à fabriquer, des moteurs plus petits sont terminés.” Cette déclaration a suscité un débat parmi les fanatiques de voitures, la presse spécialisée et la blogosphère publiant des articles controversés tels que “Le downsizing des moteurs est-il enfin passé de mode ? Ou les constructeurs automobiles admettent enfin que le downsizing était une stupide perte de temps et d’argent. La Toyota Yaris 4 de 2020 est l’un des exemples du downsizing  avec un moteur de seulement 1.0 litre, mais qui développe 69ch.

La réduction des effectifs est une tendance qui s’explique par les restrictions strictes en matière de réduction des émissions. La vérité est que c’était une décision prise avec raison, pas avec passion. Depuis qu’ils se sont engagés dans cette voie, les constructeurs automobiles ont constaté le mécontentement de certains consommateurs et subi les critiques négatives de la presse.

Les moteurs downsizés sont-ils tombés en disgrâce ?

Où les moteurs downsizés ont-ils échoué ?

Il y a 3 raisons principales pour lesquelles les stratégies de réduction des effectifs sont critiquées :

Les moteurs downsizés n’ont pas tenu leurs promesses en matière d’émissions. Certains moteurs de petite cylindrée obtiennent de moins bons résultats que les moteurs standards lors des tests d’émissions réelles du moteur (RDE). M. Diess a également souligné le décalage entre les prévisions de l’essai sur autoroute de la RDE et les habitudes de conduite réelles des conducteurs allemands sur l’Autobahn. Dans ce cas, et dans d’autres, les moteurs downsizés auraient des performances inférieures à celles de leurs homologues de taille normale.

Les moteurs downsizés sont confrontés à des problèmes de fiabilité et de durabilité. Sur les moteurs comportant moins de cylindres, le turbocompresseur contribue généralement à transmettre des couples plus élevés à l’ensemble de la chaîne cinématique. Cela augmente le risque d’échec et crée des problèmes de durabilité. Les pièces du moteur comme les turbocompresseurs, les volants bimasse, les systèmes d’injection directe sont susceptibles de tomber en panne et sont coûteux à réparer. Découvrir la nouvelle SUV Luxe Lexus  RX450 H Hybride, avec un moteur V6 essence et un moteur électrique.

Réduction des moteurs

Les moteurs downsizés ont un impact négatif sur le plaisir et le confort de conduite. Les vibrations perçues au niveau des sièges et de la direction, les bruits étranges de gémissement et d’explosion, etc. sont autant de raisons pour lesquelles les amateurs de voitures n’aiment pas les moteurs downsizés. Les véhicules équipés de moteurs plus petits sont souvent critiqués sur les médias sociaux pour leurs mauvaises performances en matière de NVH.

Quand la réduction des effectifs nuit au confort du conducteur : l’exemple de l’essai d’embrayage

Les constructeurs automobiles ont rapidement reconnu et résolu les problèmes de NVH liés aux groupes motopropulseurs de taille réduite. Simcenter a contribué à proposer des solutions qui soutiennent efficacement les efforts des fabricants pour optimiser les performances NVH.

Le livre blanc Avoiding Judgment in Automatic Transmission Design décrit une telle solution. Les ingénieurs s’attaquent à un phénomène qui se produit souvent lors de la conception d’une transmission automatique associée à un moteur de taille réduite. La “clutch judder”, également appelée “clutch jerking”, est un phénomène par lequel le conducteur ressent des vibrations dans le siège de la voiture lorsque l’embrayage de la boîte de vitesses est engagé. Doter vous d’un appareil amplificateur autoradio 1 DIN Android pour votre voiture, et déployer la vraie puissance audio.

Pourquoi la vibration se produit-elle ?

Pour optimiser la transmission de la puissance, l’embrayage du convertisseur de couple d’une boîte de vitesses automatique se verrouille le plus tôt possible lorsqu’un rapport supérieur est engagé. Le blocage de l’embrayage peut provoquer des oscillations dans la transmission. Les vibrations de torsion se propagent dans les supports de la suspension et du moteur, entraînant une accélération de la carrosserie du véhicule. Le conducteur du véhicule perçoit cette accélération comme désagréable.

Pour bien comprendre le phénomène, les ingénieurs doivent parfaitement caractériser, puis modéliser avec précision le comportement des pièces internes de la transmission : le convertisseur de couple, l’embrayage verrouillé et la commande de l’embrayage verrouillé. La conception de l’embrayage de verrouillage requiert une attention particulière. L’embrayage est le principal responsable du phénomène de vibrations, non seulement en raison de ses propres caractéristiques de friction, mais aussi parce qu’il est relié à l’amortisseur de verrouillage dont les caractéristiques d’amortissement (hystérésis, viscosité, etc.) affectent les propriétés d’amortissement globales de la boîte de vitesses.

Même si l’embrayage est parfaitement conçu, une mauvaise conception du logiciel ou du matériel de commande peut toujours provoquer une instabilité. Cela induit ce que l’on appelle le “control judder”. Les ingénieurs sont mis au défi de concevoir une unité de contrôle anti-jugement qui fonctionnera correctement même à des fréquences plus élevées. Les caractéristiques de commande appropriées doivent être intégrées à l’avance pour une conception précise de la transmission.

Les étapes d’une expérience sans jugement

Alors, comment éviter les jugements dans la conception de la transmission ? Les ingénieurs de Simcenter ont adopté une approche en 4 étapes qui permet de résoudre le problème :

Acquérir des données expérimentales fiables

Modélisation de la conception de la transmission automatique

Intégrer le modèle de transmission automatique dans un modèle de véhicule complet

Réaliser une étude de sensibilité précise sur le modèle

La clé d’une meilleure qualité des moteurs downsizés

Les moteurs downsizés vont-ils disparaître ? Les constructeurs automobiles ont investi beaucoup de temps, d’argent et d’efforts d’ingénierie dans cette stratégie. À court terme, il est peu probable qu’ils abandonnent cette approche. Au lieu de cela, ils vont intensifier leurs efforts d’ingénierie pour résoudre les différents problèmes inhérents à la réduction des effectifs. La prédiction et la résolution précoces des problèmes de NVH par une simulation précise et judicieuse avant l’assemblage du véhicule sont essentielles pour optimiser le confort et le plaisir des conducteurs. Choisissez les équipements de lavage de voiture et gardez votre voiture propre.

Réduction des moteurs

La réduction de la taille des moteurs n’est pas une stratégie obsolète, mais les constructeurs automobiles doivent adopter une approche d’ingénierie holistique et prévoir et confirmer les performances du groupe motopropulseur et les performances des attributs du véhicule complet dès le début du cycle de développement à l’aide du jumeau numérique. Ce n’est qu’alors que la réduction des effectifs sera un succès – et ce n’est qu’alors que les voitures feront éclater le cœur de leurs conducteurs.

Terminons cet article (mais pas la discussion) sur une note optimiste pour les ingénieurs qui travaillent sur la prochaine génération de groupes motopropulseurs downsizing. En octobre 2017, le bilan positif de 5 voitures qui prouvent que le downsizing du moteur n’a pas que des inconvénients. Attendez-vous à voir davantage de ces véhicules de premier ordre sur les routes !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *